Connectez-vous S'inscrire
ROCKAWA
Rédigé le Lundi 7 Avril 2014 à 11:04 modifié le Lundi 7 Mars 2016

The Lanskies


Remaniement mélodique au programme avec l'intronisation d'une pop sous influence britannique pour les Lanskies, le quintette qui souffle le chaud sur la scène caennaise.


Sur « Hot Wave », vous effectuez un virage très pop. Comment cela s'est traduit au niveau de la gestion des instruments et votre façon de jouer ?
Ça faisait un bout de temps que des morceaux pop traînaient dans nos fonds de tiroir. On a toujours été branché par cette musique, notamment par la brit-pop. Lorsqu’on a enregistré notre premier album, on avait déjà composé des morceaux très pop qu’on avait mis de côté pour privilégier une tracklist plus rock qui correspondait plus à notre état d'esprit du moment.
En ce qui concerne notre façon de jouer, nous avons juste allégé les guitares avec des sons plus clairs pour privilégier les voix et les chœurs et faire la part belle aux claviers.
 
On commence à parler de french pop, en désignant des groupes comme La Femme, Aline, Granville ou vous. Qu'est-ce que ça vous inspire et pensez-vous que cette pop a un caractère particulier, différent de la pop britannique ?
Nous jouons sur les deux tableaux, nous sentant à la fois proche de ces groupes mais en cultivant également un vrai côté britannique car notre chanteur, Lewis, est Liverpuldien. Mais il y a une véritable scène pop française aujourd'hui dont nous faisons indéniablement partie et je pense qu'on n'a plus à rougir d'être français sur la scène internationale.
 
Vous êtes les dignes représentants de la scène caennaise, comment décririez-vous celle-ci ? Qu'est-ce qui la caractérise et les influences sont-elles disparates ?
La scène caennaise est effectivement très dense et s'exporte bien au delà des frontières du Grand-Ouest, c'est assez dingue de vivre ça. Elle concentre une forte densité de musiciens et de groupes avec de réelles connexions. On est ainsi très proches de groupes comme Concrete Knives ou Granville. Elle est aussi très variée cette scène. On a fait remixer Move It, un de nos morceaux par Fakear que nous connaissons bien, qui fait lui parti du « clan » electro de Caen (Superpoze, Beataucue...) et il y en a tellement d'autres… C'est une ville très riche musicalement, les institutions ont bien compris ça et nous soutiennent beaucoup, nous (je parle de l'ensemble des musiciens caennais) sommes leurs meilleurs représentants.


 Nouvel album, "Hot Wave" (déjà disponible) 

 




Lu 511 fois


Facebook
Newsletter
Facebook
Twitter
Google+
Rss